Retour au blog

Les 5 au quotidien version améliorée : doit-on faire les 5 composantes chaque jour?

Image_a_la_une2

Dans le cadre de ce troisième billet de la série sur les nouveautés apportées au modèle des 5 au quotidien, j’aborderai la question du nombre de périodes et de composantes des 5 au quotidien à faire chaque jour.

Tel que mentionné dans les premier et deuxième billets de cette série, j’ai pensé vous partager les nouveautés apportées au modèle des 5 au quotidien, ayant récemment assisté à une formation de deux jours avec Gail Boushey et Joan Moser, les auteures des livres Les 5 au quotidien et La méthode CAFE. Vous serez en mesure d’apprécier les renseignements partagés ici si vous avez lu la première édition du livre Les 5 au quotidien. Vous pouvez également consulter la deuxième édition du livre, soit The Daily Five Second Edition, aux éditions Stenhouse.

 

Les élèves doivent-ils faire les 5 composantes chaque jour?

La réponse à cette question brûlante est OUI et NON! Oui, pendant la période de mise en œuvre et non par la suite. Je m’explique: après quelques semaines, on aura introduit chacune des cinq composantes et les élèves participeront alors à cinq courtes périodes de travail autonome chaque jour, ce qui leur permettra alors de travailler à développer leur résistance. Éventuellement, on remarquera qu’il devient nécessaire d’arrêter les séances de travail parce qu’on manque de temps.

 

À ce point, les élèves ont développé une telle résistance qu’ils sont en mesure de dépasser le maximum de temps alloué pour chacune des périodes de travail. Ceci indique qu’il est temps d’éliminer une période de travail. On passe alors de cinq courtes périodes de travail chaque jour à quatre périodes un peu plus longues, toujours avec la possibilité pour les élèves de choisir parmi les cinq composantes. Lorsqu’on arrivera de nouveau au point où l’on doit arrêter les séances de travail parce qu’on manque de temps, ceci indiquera qu’il faut éliminer une autre période de travail. Encore une fois, les élèves auront développé assez de résistance pour dépasser le temps alloué pour chaque période.

 

On conservera donc trois périodes de travail pour les élèves du cycle primaire (1e à 3e année). Pour les élèves du cycle moyen (4e à 6e année), on conservera deux périodes de travail un peu plus longues.

 

Et les choix?

Lorsque la mise en œuvre des 5 au quotidien est terminée et que les élèves participent à trois périodes de travail quotidiennement (ou deux pour les élèves du cycle moyen), on peut se demander : comment peut-on faire les 5 composantes chaque jour, à l’intérieur de trois périodes de travail? Le modèle s’appelle toujours Les 5 au quotidien, non?!!! Eh bien oui, les élèves ont toujours cinq choix chaque jour. Cependant, dorénavant, la façon dont les élèves exercent ces choix permet une plus grande différentiation pédagogique.

Les auteures ont, en quelques sortes, regroupé les 5 composantes en deux catégories, soit la lecture et l’écriture. La lecture comprend les composantes lecture à soi, lecture à un autre et écouter la lecture et l’écriture comprend les travaux d’écriture et l’étude de mots. Les auteures insistent sur l’importance de lire à soi et d’écrire quotidiennement. C’est pourquoi elles recommandent que les élèves fassent les composantes lecture à soi et travaux d’écriture chaque jour. Elles recommandent également d’inclure une période de 10 minutes d’étude de mots à l’intérieur de la période de travaux d’écriture.

C’est donc dire que, pour les élèves du cycle primaire (1e à 3e année), ceux-ci feront quotidiennement la lecture à soi et les travaux d’écriture, avec l’option de faire ces composantes dans l’ordre de leur choix. Ils auront également à choisir une autre composante chaque jour, soit écouter la lecture ou lire à un autre.  Avec cette nouvelle façon de procéder, les auteures mettent davantage l’emphase sur une approche différenciée. Ainsi, elles précisent que certaines composantes peuvent mieux que d’autres répondre aux besoins des élèves. C’est pourquoi elles indiquent que certains élèves, particulièrement au cycle moyen (4e à 6e année), peuvent ne pas avoir besoin d’écouter la lecture ni de lire à voix haute à un autre chaque jour. Cela dépendra de leurs besoins particuliers. Par exemple, un élève allophone en classe d’accueil, même au cycle moyen, profitera grandement d’écouter la lecture alors qu’un élève francophone, avancé en lecture, bénéficiera de se concentrer à lire à soi et à écrire tous les jours. Ce dernier n’aura pas nécessairement besoin de lire à voix haute à un autre chaque jour.

Cette nouvelle façon de gérer les 5 au quotidien permet de mieux s’approprier ce modèle et de se référer à notre jugement professionnel pour l’appliquer avec discernement, dans le but de mieux répondre aux besoins diversifiés de nos élèves.

 

Dans le quatrième et dernier billet de cette série, il sera question du concept de l’enfant baromètre. 

3 réflexions au sujet de « Les 5 au quotidien version améliorée : doit-on faire les 5 composantes chaque jour? »

  1. Merci beaucoup pour toutes ces explications !! Je suis très tentée de mettre cela en place l’année prochaine, mais je vais aussi pour la première fois un grade 1, j’ai eu peu peur de m’y perdre ! En attendant, je laisse décanter, et attend le prochain billet avec impatience :)